Ethnikan Ethnikan Ma commande Les étapes de la commande Conditions de vente Liens Nous contacter Masques Bijoux Objets quotidiens Statuaires Instruments de musique Objets rituels
Ethnikan | Menu
Entrez un mot clé :
ASIES DU SUD EST HIMALAYA AUTRES ASIES BIJOUX D'ASIE et D'ORIENT
 

  AOÛT-SEPTEMBRE 2016: GANESH, le culte du Dieu-éléphant
  FEVRIER-MARS 2016 CRÂNES, dents ET OSSEMENTS: du rite au pouvoir, de la magie à l'ornement
  AOÛT- OCTOBRE 2015: RETOUR D'EXPEDITION BIRMANE
  AVRIL MAI 2015 : RETOUR D'EXPEDITION INDES STATUES CULTUELLES, POUPEES D'OFFRANDES ET JEUX ANCIENS
  JANVIER 2015: Chez les orfèvres et tisserands d'ASIE CENTRALE: Ouzbékhistan Afghanistan ...
  CHAMANE AU COEUR DES CORPS: TATOUAGE BIRMAN, MEDECINE ET CHAMANISME
  L'ENVOÛTEMENT DU SERPENT
  MYSTERES ET MAGIES DE BORNEO ET D'AILLEURS
   BIJOUX DE RUSSIE, DU CAUCASE ET DE LA VIEILLE EUROPE DE L'EST
  L'ancien coffret à bijoux de LA BALTIQUE: L'AMBRE OU LES LARMES DE DIEU
  RÊVES DE CHINE: L'art ancien des BIJOUX DE MARIAGE CHINOIS
   PARURES DU MAROC: des amulettes touaregs aux colliers et fibules de l'empire chérifien
   RETOUR D'EXPEDITION ROYAUMES HIMALAYENS: NEPAL TIBET Masques, statuaires et dangas
  CARTES CADEAUX ETHNIKAN
   COIFFES ET PARURES DE TÊTE D'ASIE
  LOMBOK: Au coeur de la culture SASAK
  MARIONNETTES
   WAYANG GOLEK: Une histoire des marionnettes de Java
  RETOUR D'EXPEDITION HIMALAYAS NEPAL TIBET: masques, musiques, netis...
  PEINTURES
  PAJ NTAUB Miao textiles: LE TISSU FLEUR DES H'MONGS
  Mises en BOÎTES...
  RETOUR D'EXPEDITION BIRMANE: NATS et LAQUES DU MYANMAR
  LES MILLE visages de BOUDDHA
  RETOUR D'EXPEDITION : Arts, masques et statuaires de Sumba et des îles de la Sonde
  BIJOUX ETHNIQUES anciens sauvages et raffinés: bijoux DU TIMOR et d'Indonésie
  LE NAGALAND des coupeurs de tête: trophées, fétiches, daos et boucliers Nagas
  Les MASQUES DE THEÂTRE DU WAYANG TOPENG javanais
  Anciens OFFERTOIRES, statuaires ET OBJETS DE L'OFFRANDE
  SOCLES pour masques, marionnettes, wayangs, pipes, collections
  OBJETS de / et CURIOSITE
  Une collection de PIPES ETHNIQUES d'Asie du Sud Est
  BIJOUX BEDOUINS: Trésors d'argent
  PURBAS, les dagues rituelles de l'Himalaya
  LES YAOS
  L'ORNEMENT DE CHEVEUX en Chine sous l'époque Qing
  TEXTILES AKHA
  Professionnels
  LIENS







© Mediatechnix

 

PAJ NTAUB Miao textiles: LE TISSU FLEUR DES H'MONGS




Ils seraient descendus de Sibérie, du Tibet, de Mongolie. Selon la légende, les ancêtres habitaient un monde de longues nuits et d'hivers glacials...
Mille ans avant J-C, ces nomades auraient déjà atteints les rives du Fleuve Jaune. Pourchassés, opprimés par les Hans, ceux que les Chinois appellent Miaos (Meos, les barbares) fuient le Yunnan depuis des siècles. Conflits armés et larvés entre les deux communautés culminent lors de la seconde guerre mondiale où les Hans interdisent aux H'mongs leur langue et leurs costumes... ancrant encore davantage le désir farouche d'indépendance de la minorité.
A partir du XVIIIème siècle, les vagues d'exode enflent et les H'mongs débordent largement sur les territoires voisins. Le Laos, la Birmanie, le Vietnam et la Thaïlande deviennent, souvent à leurs corps défendants, des terres d'accueil.
Peuple nomadisant d'éleveurs et de cultivateurs pratiquant la terre brûlée, les H'mongs (le nom qu'ils se donnent à eux-mêmes et qui signifierait peut-être libre) sont surtout connus pour la délicatesse d'un art textile très éloigné de la perception de la barbarie auxquels les associent les Hans. Paj Ntaub ou le tissu fleur est probablement l'art tissé le plus raffiné et le plus original de toute l'Asie du Sud Est.

Les femmes filent, teignent et brodent chaque jour et la parure h'mong est sublimée, pour la fierté individuelle et collective de tous, lors des grands évènements du clan. Mariages, enterrements et, plus encore, naissances et cérémonies du nouvel an (celles-ci donnant lieu à l'essentiel du rituel de cour, le lien avec les précédentes est très clair) baptisent en quelque sorte les nouveaux éléments du costume.
Ce dernier diffère en fonction de l'appartenance à l'un ou l'autre des deux grand clans h'mongs: blancs (H'mongs Deaw) ou bleus (Mong Njua, des H'mongs verts génériquement qualifiés de bleus en raison de la dominante de leur costume). Ces derniers ont d'ailleurs pour spécificité d'être l'unique tribu d'Asie continentale à maîtriser l'art du batik. Le textile, une fois le dessin recouvert de cire, est plongé dans un bain de teinture indigo, puis ébouillanté afin d'en retirer les surplus cireux qui seront raffinés et réutilisés ultérieurement. Le batik orne la jupe plissée caractéristique des femmes h'mongs bleues. Elles y ajoutent un tablier noir (celui-ci a une version brodée, embellie d'une ceinture rouge, orange ou rose les jours de fêtes) et des jambières de coton noir. La veste, noire également, en coton ou en velours, peut avoir deux types de col arrière (rectangulaire ou en pointe) et trois types d'ornements / fermetures latérales (l'une droite, les deux autres en zigzag). Une large bande de tissu ceint la veste, dont le bas n'est jamais travaillé, autour de la taille. La coiffe, impressionnante, forme une couronne où les femmes enroulent leurs cheveux autour d'un postiche en crins de cheval ou en cheveux humains.
A l'inverse, les H'mongs blanches cachent leurs cheveux sous un turban et se rasent des oreilles au front pour que la ligne soit parfaite. La jupe plissée, réservée aux festivités, est blanche (le reste du temps un pantalon noir suffit). Le port du tablier, noir avec une bordure bleue, est double (un devant, un derrière). Une version plus élaborée, avec motif central brodé et large ceinture couverte de broderies et d'appliqués renversés (la grande spécialité des H'mongs blanches) finalisés en pompons éclatants rouges ou roses, existe pour le costume d'apparat. La veste, noire et bleue, s'orne d'un col arrière rectangulaire où broderies, appliqués et appliqués renversés rivalisent de minutie. Les femmes collectionnent ces colliers de tissu qui témoignent de toute leur créativité. Deux bandes latérales travaillées devant sur le même mode décorent la veste festive.
La tenue des hommes apparaît plus uniforme et légèrement moins lumineuse. Elle consiste en un pantalon noir (très large pour les H'mongs bleus, plus étroit pour les H'mongs blancs), un grand bandeau ceint noir autour de la taille, aux extrémités lourdement brodées, et une veste noire, en coton, velours ou satin. Coupée courte comme un boléro, ornée de broderies et d'appliqués sur la partie avant, celle-ci se croise au niveau de l'abdomen et se ferme sur la gauche à l'aide de petits boutons. Une veste plus longue, de style chinois, mais toujours dotée des broderies caractéristiques sur le devant et au niveau des manches, est parfois portée par les H'mongs blancs. Tous ont le crâne rasé, à l'exception d'un petit cercle situé sur le sommet de la tête (les cheveux laissés longs peuvent être noués ou tressés), recouvert pour les H'mongs bleus d'un bonnet de coton noir au pompon rose vif.
La tenue des enfants est un calque plus sommaire de celle des parents, exception faite des coiffes particulièrement travaillées (broderies, appliqués, appliqués renversés pour les H'mongs blancs, multiples pompons éclatants ajoutés pour les H'mongs bleus).


Comme pour les Akhas, l'art textile de ces peuples sans écrit est la voix du passé et le gardien des symboles. Le sens se perd parfois et les origines, chamaniques, animistes, historiques du motif s'oublient devant la beauté du Paj Ntaub mais les tissus constituent le livre iconographique des H'mongs. On y raconte l'amour (des coeurs), la vie (des feuilles), la longévité (des spirales), la liberté (des ailes d'oiseaux), le courage (le visage du tigre), les ancêtres (le dessin des pères), l'unité de la famille (le pied d'éléphant), la protection séculaire (les triangles représentant les montagnes qui ont historiquement sauvegardé le clan) avec de multiples variantes (fleur, étoile, escargot, crêtes de coq, oeil ou pied de poulet, graine de concombre...) dont les formes laissent souvent songeur le regard étranger.


Curieuse également peut paraître la place unique que prend le porte-bébé dans la culture h'mong. Cette place est esthétique (en général un large batik relevé d'appliqués géométriques de couleur vive pour la partie basse tandis que le haut se pare de broderies croisées, d'appliqués ou de pompons chez les H'mongs bleues et un vaste ensemble de broderies, d'appliqués et d'appliqués renversés pour les H'mongs blanches), affective (les mères y investissent tout leur amour et le summum de leur art), sociale et mystique.
La femme ne devient réellement enceinte qu'à partir du troisième mois, moment où un esprit autre s'installe et où la création du textile est lancée. C'est soit l'oeuvre exclusive de la mère pour son enfant soit une manifestation collective des femmes de la communauté qui toutes feront un motif. Est ainsi tissé, dans l'esprit h'mong, la chemise de satin, le placenta externe. Symbole à la fois originel et ultime du Paj Ntaub, celui-ci n'existe que pour l'enfant pour lequel il a été conçu. Le jour de la naissance, le placenta est mis en terre et un arbre est planté à cet endroit. La communauté emmaillotte le bébé dans son nouveau placenta de tissu. Il intègre le clan. A sa mort, l'arbre servira à la construction de son cercueil, évoquant la clôture de la trame de satin (la vie) et sa juxtaposition à la chemise de satin (le placenta). Les deux sont vues en rouge ou violet par les H'mongs, la couleur du sang mais aussi celle de nombreux porte-bébés (les placentas externes) et des textiles entourant les morts.
Les croyances animistes qui poussent les H'mongs à écarter en permanence les mauvais esprits ont une incidence particulière sur les textiles: avant de vous donner un tissu, un H'mong le déchire; avant de vous donner un porte-bébé, il en coupe les lanières... seuls les bons esprits demeurent alors dans la trame...

© Ethnikan



Observez l'infinie variété de cette collection d'étoffes où pas un porte-bébé n'est le frêre exact de l'autre...


Pour d'autres d'informations, voir notre exposition sur les textiles akhas.









Ancien textile H'mong bleu / Old Blue H'mong textile
Coton, appliqués, batik et fines broderies sur la partie supérieure
peuple des H'mongs bleus
Yunnan

Prix : 211 €
 
Tableau sous verre d'un textile H'mong blanc ancien / Old White Mong framed textile
Cotons tissés et brodés
peuple H'mong blanc
frontière thaïlandaise

Prix : 238 €
 
Porte-bébé XIXème H'mong bleu en batik
Coton tissé, appliqués, batik
peuple des H'mongs bleus
Nord Birmanie

Prix : 432 €
 
Textile H'mong blanc ancien / Old White Mong textile
Cotons tissés et brodés
peuple H'mong blanc
frontière thaïlandaise

Prix : 153 €
 
Rare ancien textile H'mong bleu sous cadre / Old framed Blue H'mong textile
Textiles tissés, appliqués, laine
peuple des H'mongs bleus
Nord Laos

Prix : 281 €
 
Ancien tissu H'mong blanc sous cadre
Cotons tissés et brodés
peuple H'mong blanc
frontière thaïlandaise

Prix : 76 €
 
 1 1 2 3 44

<<  Accueil   >>